KANSAI, JAPON – Partie 1

Le Japon, un pays aux antipodes du nôtre.

Et pourtant le Japon fascine la France, et la France fascine le Japon.

 

Bienvenue à bord de votre voyage de la semaine. Installez vous confortablement, détendez vous, nous embarquons pour l’autre bout du monde.

Cette semaine, la TourismoSphère vous embarque pour une aventure sur le continent asiatique. Partons à la découverte du Japon. Pays des mangas, du taekwondo, des geishas, des sushis et douceurs en tous genres !

Notre aventure de la semaine nous emmène dans la région de Kansai. Cette région est très certainement la région avec la plus grande concentration de sites touristiques du pays. Donc si vous n’avez qu’une région à visiter, c’est bel et bien Kansai ! Petit tour d’horizon de ce que vous pourrez y faire !

Kyoto :

Kyoto est le centre névralgique de Kansai. Il y à 1001 choses à voir et à faire ! Je vous présente ma sélection :

  • 1 : Le quartier de Gion

Si vous recherchez l’atypique, c’est là-bas qu’il faut vous rendre ! Un vrai petit quartier bloqué dans le temps (comme beaucoup au Japon). Petites maisons atypiques, maisons de thé, échoppes en tous genres. Vous pourrez, si vous avez de la chance, y croiser une geisha! Ce quartier est remarquable en automne lorsque les sakuras (cerisiers) sont en fleurs. Ce quartier a également beaucoup de charme une fois la nuit tombée !
Il existe une fête qui se passe à Kyoto dans le quartier de Gion (1) appelée Gion Matsuri (2). Cette fête se déroule du 1 au 29 juillet, 32 chars sont exposés dans le quartier pendant 2 semaines. Ils sont ensuite illuminés durant 2 nuits avant de parader. Ces chars retracent la mythologie japonaise, certains chars, de véritables œuvres, peuvent atteindre jusque 8 mètres de haut. Cette fête est classée au patrimoine immatériel de l’Unesco.

Du même genre : Pontocho (3)

  • 2 : Kinkakuji – Le pavillon d’or

Ce pavillon historique, construit en 1398, est l’un des endroits les plus visités de Kyoto. Comme vous pourrez le constater sur cette photo, le pavillon est entièrement recouvert de feuilles d’or. Cette impressionnante réalisation est bien plus belle en fin de journée quand le soleil se couche sur l’incroyable parc qui l’entoure, et que les derniers rayons de soleil se reflètent sur les murs du bâtiment. Cependant, le pavillon se visite très rapidement, 30-45 minutes, donc une visite du jardin est conseillée !

pavillon d'or

  • 3 : Le château de Nijo

Le château de Nijo fait partie des incontournables de Kyoto. Cette authentique résidence de shôgun (chef de guerre du pays) est pleine de surprises si vous recherchez le folklore japonais : l’architecture est des plus détaillée, ne manquez surtout pas les détails du plafond! Une visite à vous donner un torticolis international !

Ne ratez pas, si vous en êtes capable, toutes les pièces secrètes du château ! Lors de votre visite, vous entendrez peut-être le chant doux des rossignols. Ce n’est ni des nids d’oiseaux sous les toits, ni votre esprit qui vous joue des tours, c’est simplement le parquet. Ce « parquet rossignol », qui s’actionne lorsque l’on pose le pied dessus, à été installé par le premier shôgun de la dynastie Tokugawa leyasu afin de se prémunir des traîtres. Ainsi, lorsqu’il se baladait au sein du château, il ne pouvait se faire prendre par surprise par quelqu’un arrivant derrière lui. Astucieux, n’est-ce pas ?

chateau-de-nijo---kyoto_130199_pgbighd

  • 4 : Heian-jingu

Ce sanctuaire est parmi les plus importants du pays. Il est l’incarnation d’une période de l’histoire du pays, l’ère Heian (794-1185). L’incarnation de la fierté Japonaise. Ce sanctuaire fût érigé également en l’honneur de 2 anciens empereurs, considérés en leur temps, comme des dieux vivants. Tout les ans, ce sanctuaire est pris d’assaut lors du Jidai Matsuri, fête durant laquelle les japonais de tout le pays s’y retrouvent afin de fêter leur histoire.
Si je vous présente Heian-jingu, ce n’est pas seulement pour découvrir une partie importante de l’histoire du pays, c’est également car le sanctuaire et son enceinte renferme 2 particularités supplémentaires :
– Son torii (porte d’entrée rouge) indiquant l’entrée dans un lieu sacré, est parmi les plus grandes du pays.
– Son jardin renferme plusieurs espèces de tortue extrêmement rare qu’il est possible de nourrir grâce à des vendeurs ambulants.

Le saviez vous ?

Il existe un restaurant à Kyoto, spécialisé dans la nourriture à base de tortue. La spécialité est une soupe, qui est faite dans un pot qui n’a pas été lavé depuis les années 1500.

Nara :

Nara, situé à 45 min de Kyoto, est un haut lieu de culture. Nara fût jadis la capitale japonaise, on peut y retrouver des éléments de la culture japonaise très importants, ainsi que plusieurs monuments classés au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Nara est un haut lieu du bouddhisme, ce qui nous mène à notre premier point d’intérêt :

  • 1 : Temple Todaiji

Ce temple, construit en 752, abrite la plus grande construction en bois du monde. Cette construction s’appelle Daibutsu (Grand Bouddha). Cette sculpture de 15 mètres de haut est le pilier de l’éducation bouddhiste dans les écoles de Nara. C’est également un objet de « pèlerinage ». Ceci fait du temple le point d’intérêt le plus important de la ville.

Au cours de son existence, ce temple a été détruit puis reconstruit 2 fois. Aujourd’hui encore, il ne fait qu’un tiers de sa taille originelle. Cet entêtement est le reflet de la direction politique de l’époque, au moment où l’empereur avait pour projet de bâtir un empire basé sur le bouddhisme. Ces deux reconstructions ont d’ailleurs endetté le jeune pays qu’était le Japon.

daibutsu

  • 2 : Grand Sanctuaire Kasuga

Le Sanctuaire Kasuga est un sanctuaire Shinto. Bâti en 768, ce temple est également le mausolée de la famille Fujiwara, un important clan japonnais qui jouera un rôle déterminant dans l’histoire du Japon jusqu’à notre époque contemporaine. Ce temple sera amené plusieurs fois à mêler son histoire à la vie du pays. En effet, ce lieu de culte saint est soutenu par les différents empereurs, seuls 16 lieux saints ont ainsi reçu le soutien du gouvernement japonais. Mais qu’est-ce qui fait son succès ? Les quelques 1800 lanternes de pierre qui bordent le sanctuaire, le millier de lanternes en métal suspendues sous les porches du temple, son architecture atypique, sa proximité à pied vers notre 3ème de point d’intérêt…

  • 3 : La forêt de Kasugayama

La forêt de Kasugayama est un haut lieu à Nara, il est presque considéré comme un affront de ne pas y aller. Protégé de la chasse et de l’exploitation depuis plus de 1000 ans, les croyances racontent que plusieurs esprits très importants et très puissants résideraient dans cette forêt. De plus, cette forêt vierge d’environ 250 hectares contient 175 types d’arbres, 60 espèces d’oiseaux et 1180 espèces d’insectes.

La forêt de Kasugayama

  • 4 : Asuka

Asuka fût la première capitale connue du Japon. Trop oubliée aujourd’hui, ce lieu se situe a à peine 25 km de Nara. Cet endroit retrace à lui seul une période importante du Japon, temples d’époque et sites archéologique constitueront une excursion de choix si vous décidez de faire un voyage dans la région ! Cette ville connait tout de même un certain succès au printemps où les temples bouddhiste, dont celui de 13 étages de Tanzan, forme un paysage d’une beauté singulière. Vous pourrez voir là-bas, en autres, le temple Kashihara qui rend hommage à l’esprit du premier empereur du Japon Jimmu. Vous pourrez également y visiter l’institut archéologique qui présente les résultats de toutes les fouilles ayant eu lieu dans les environs, la tombe Ishibutai, un monument mégalithique qui servit de sépulture au grand seigneur Soga Umako (personnage important dans l’histoire politique du Japon) est également visitable, remarquable par sa taille imposante.

Le saviez vous ?

On recense un nombre important d’accidents de voiture avec des cerfs à Nara. Ceci est dû au fait que dans le parc de Nara, les cerfs sont encore à l’état sauvage et se sont beaucoup répandus. Ainsi, on recense environ 150 accidents liés aux cerfs tous les ans ! Suite à cela, la préfecture à mis en place des « zones de cerfs » avec des signalétiques assez inédites pour prévenir les conducteurs.

La TourismoSphère vous dit à  très bientôt pour la partie 2 de cet article !

Publicités

2 réflexions sur “KANSAI, JAPON – Partie 1

  1. C’est quoi ça… le taekwondo c’est coréen hein 😉
    Et « pays des sushi des mangas et des geisha » c’est pas mal réducteur. Dans ce cas la France c’est le pays du Pinard, de la baguette et du fromage?

    J'aime

    1. Ah très bien ! Alors je me suis trompé, merci de la rectification. En revanche c’est également très réducteur de résumé mon article à une phrase (selon toi) malhabile.
      Cependant merci de ton commentaire.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s